Description

 

 

 

 

 

 

 

 

Sédimentation - flowpack

Le flux d'eau et de boue provenant des phases de traitement précédentes (soit biologiques, soit chimico-physique) est introduit dans la zone intermédiaire du bassin, juste en dessous du module lamellaire. Une distribution uniforme du flux sur le module lamellaire est assurée par un diffuseur. La vitesse de sortie à l'intérieur des canaux du module est constante; par conséquent les flocons de boue, qui ont une densité supérieure à l'eau, tendent à se sédimenter par gravité sur les parois du fond de chaque canal. Ensuite, grâce à l'inclinaison des parois et à la vitesse de l'eau quasi nulle dans la proximité immergée, les boues glissent dans la trémie de réception, d'où elles sont extraites à intervalles variables selon la quantité. Dans le même temps, l'eau clarifiée rejoint la surface libre au sommet du décanteur, et déborde dans un petit canal de récolte qui l'achemine aux traitements suivants ou, éventuellement, au rejet final.

Séparation des huiles - oilpack

Le flux d'eau et d'huile est versé dans le bassin et distribué de façon homogène sur la totalité de la section. Sous la zone d'entrée est situé un entonnoir pour le recueil d'éventuels sédiments ou boues présents dans les eaux. Le flux traverse rapidement le module lamellaire grâce à la force de gravitation (de haut en bas) et se répartit uniformément dans chaque canal. Pendant la descente chaque particule d'huile, possédant une densité inférieure à celle de l'eau, tend par gravité à ressortir à la surface. On peut considérer alors la particule comme séparée du fluide de transport, et elle commence à remonter grâce soit à l'inclinaison des canaux soit à la vitesse de l'eau, quasiment sans correspondance avec le contour immergé. Une fois la surface rejointe, les particules d'huile s'accumulent dans la zone centrale du bassin, au dessus du module lamellaire, où elle sont extraites par un écrémeur d'huile. L'eau déshuilée récupérée d'en dessous le module lamellaire retourne à la surface sur le côté opposé à celui de l'alimentation, d'où elle est guidée vers l'extérieur vers les égouts ou vers d'éventuels traitements ultérieurs.