Description

La filtration finale des eaux provenant des installations d'épuration présente de nombreux avantages et permet de remédier à d'éventuelles carences du processus. Des valeurs élevées de solides en suspension (SS) entraînent toujours des altérations en négatif des autres facteurs de qualité.

Les exigences comme l'amélioration de la qualité finale de l'affluent, l'adaptation des installations aux nouvelles conditions de fonctionnement, la récupération des eaux pour usage industriel ou agricole, sont de nouvelles contraintes qui se présentent aux gestionnaires d'installations d'épuration. Les interventions de correction sont souvent conditionnées par le manque de place.

MITA Biorulli propose, pour résoudre ces problèmes, un système efficace et simple de filtration sur toile; ce processus est comparable, par les résultats qu'il permet d'atteindre, à la filtration sur sable. En outre, le concept de fabrication des filtres à toile permet d'effectuer le contre-lavage pendant le plein fonctionnement, sans arrêter la machine et donc la filtration, ce qui entraîne des pertes de charge minimes (max 0,5 m c.l.), une consommation énergétique minime et un encombrement réduit.   
Les filtres à toile se compose d'une structure de support (à tambour ou à disques), revêtue d'un tissu spécial filtrant polstoff en fibres synthétiques, d'une épaisseur de 4 - 5 mm.
Les filtres sont associés à un dispositif de contre-lavage des toiles commandé par des capteurs de niveau.
Ils sont disponibles en de nombreux modèles, avec des puissances allant d'une portée de 10 m3/h à plus de 800 m3/h pour chaque unité filtrante.
La technologie et l'expérience applicative de MITA Biorulli permettent de proposer des machines d'une fiabilité élevée et d'un emploi simple, avec des coûts d'investissement, d'exploitation et de manutention extrêmement contenus.

Schéma de fonctionnement

Le filtre à toile se compose d'un tambour ou alternativement de disques filtrants montés sur un arbre central creux.
La filtration se fait par gravité avec machine arrêtée et exploite la différence de niveau entre entrée et sortie de la machine. Les disques (ou le tambour) travaillent complètement immergés dans l'eau à traiter.
Durant la phase de filtration les solides sont retenus par la toile spéciale polstoff. Le niveau minimum d'eau dans le bassin de containement est contrôlé par un seuil placé sur le côté du rejet de l'eau nettoyée. Avec l'augmentation du dépôt de solides sur la toile, la résistance hydraulique au passage augmente, et donc la différence de niveau entre entrée et sortie.
Lorsqu'une différence de 15 ÷ 20 cm est atteinte entre ces niveaux, le processus de nettoyage de la toile s'active automatiquement.

Pour l'opération de nettoyage de la toile, qui est nécesssaire pour en restaurer la capacité filtrante, les disques (ou le tambour) sont mis en rotation lente. Les solides sont enlevés grâce au passage à contre-courant, à travers la toile, de l'eau déjà filtrée aspirée par une pompe; cette pompe est associée à des buses d'aspiration qui, adhérant aux parois du tambour ou de chaque disque, provoque la distension des fibres libres de la toile filtrante, favorisant ainsi le relâchement des particules de boue séparées.
Le contact de la buse d'aspiration avec la toile filtrante génère le reserrement des fibres libres et la formation consécutive d'un panneau filtrant uniforme.

La toile filtrante des filtres à tambour ou à disques est de type polstoff à fibre libre (fibre d'une longueur de 10 – 12 mm, diamètre de 13 – 27 µ, fixées à un tissu à trame large servant de support).
Le type de filtration obtenu est comparable à la filtration profonde des filtres à sable et non à la filtration superficielle des filtres à toile monofil.